Par Clélia Dehon

PHOTO // Effacement du vivant et sublimation des lieux. Dans un souci minutieux du détail, Matthieu Venot photographie des ambiances architecturales abstraites et acidulées.

Le point central de son travail peut se résumer en une ville : Brest. Enjambant son vélo avec un appareil photo, Matthieu Venot a arpenté la topographie des lieux avec une grande attention portée à l’architecture et ses détails. L’objectif ? Insuffler un nouvel imaginaire urbain pour supplanter celui trop souvent grisé qui est associé à la cité.

Un escalier, une fenêtre, un balcon, une ligne : le photographe imagine volontairement un cadre resserré, confiné au format carré, dans lequel il fige tout ou une partie de l’environnement et de ses constructions. L’ensemble de ces motifs rythme joyeusement les images ; des balcons filants sont photographiés de profil et des fenêtres s’alignent à perte de vue. La ligne de fuite domine notre regard ainsi suspendu à quelques toits, rampes, rideaux métalliques ou autres éléments géométriques sublimés par ce bâti dépeuplé. La notion de rythme confère une forme de stabilité aux photographies et évoque les ambiances musicales saccadées des sons électroniques qu’affectionne Matthieu Venot.

Un ressenti ambivalent émane alors de cette atmosphère : tandis que l’accolade visuelle est créée par le zoom et les plans serrés, l’abstraction géométrique nous met à distance. La lumière accroche également les aplats de couleurs souvent chauds ou pastel qui tranchent avec l’esprit grisâtre que l’on prêterait volontiers à la Bretagne et à l’architecture bétonnée. Pour conjurer cet effet de douce brutalité, Matthieu Venot convoque les inspirations du réalisateur Jacques Tati ou du photographe Franco Fontana..

La maîtrise de la composition et des couleurs participe à un sentiment de « feel good photography ». En d’autres termes, Matthieu Venot conçoit des séries photographiques aux accents tout aussi pop qu’abstraits, à la vision desquelles on se projette avec plaisir et bien être. Ou encore, une « street photography » par le biais de laquelle on se sent chez soi hors de chez soi, tout en se laissant porter par « une vision optimiste de la réalité »//


www.matthieuvenot.fr


© Matthieu Venot
© Matthieu Venot
© Matthieu Venot
© Matthieu Venot
© Matthieu Venot
© Matthieu Venot