On a aimé : David Casini chez Valeria Cetraro

Jusqu’au 29 octobre, la Galerie Valeria Cetraro accueille “Anima Latina”, une exposition de David Casini habitée d’assemblages délicats et complexes qui se révèlent comme des regards posés sur l’intériorité et le processus créatif de l’artiste, lié à la musique.  

L’artiste italien David Casini (né en 1973, Toscane), qui expose pour la deuxième fois chez Valeria Cetraro, incorpore à cette occasion une dimension nouvelle et augmentée à ses pièces hyper-textuelles : la musique. Des socles en bois soutenant certaines pièces – qui rappellent les formes de haut-parleurs et de métronome – à l’utilisation de pochettes d’albums vinyles pour composer les silhouettes de ses assemblages, en passant par la playlist des années 80 provenant d’un gramophone, la musique imprègne cette exposition et marque son attachement à l’artiste.

Délicatement réalisés et d’apparence fragile – sensation renforcée par les cages en verre qui englobent certaines compositions – les assemblages de Casini nous font d’abord penser aux œuvres de Salvador Dalí, pour leur aspect composite surréaliste et leur nature oscillante. Les alléchants fruits confits en résine que l’on peut trouver dans chaque pièce attirent le regard instantanément, intriguent et incitent à se rapprocher pour les examiner, faisant ainsi remarquer des éléments environnants qui auraient pu passer inaperçus à première vue. Ainsi, l’examen d’un élément nous conduit à un autre, puis nous découvrons progressivement la richesse et la complexité de ces assemblages souvent liés par des tiges de laiton qui, bien que très fines, assurent leur équilibre.

La musique n’est cependant pas le seul élément qui ajoute une signification personnelle aux œuvres de Casini. Chacune de ses pièces est un arrangement d’éléments faisant référence à l’héritage de l’Italien, à ses souvenirs personnels, à l’histoire de l’art et à l’autoréférence de son processus de travail – agissant comme des objets spécifiques qui condensent et entrelacent différentes temporalités constituant son identité.

Dans cet amalgame de souvenirs, se cache un autoportrait de Casini qui se matérialise par la silhouette d’une pièce, des photographies de structures créées dans son atelier et déconstruites, fusionnées avec des pochettes d’albums. C’est ainsi qu’après un examen plus approfondi, “Anima Latina” s’affirme être plus qu’une simple exposition, mais une sorte de preuve indicielle de l’âme de Casini. 


Exposition “Anima Latina”
Jusqu’au 29 octobre 2022 at Galerie Valeria Cetraro
16, rue Caffarelli 75003 Paris
galerievaleriacetraro.com


Vue de l’exposition Anima Latina, Courtesy de l’artiste et Galerie Valeria Cetraro, Credit photo Salim Santa Lucia

Vue de l’exposition Anima Latina, Courtesy de l’artiste et Galerie Valeria Cetraro, Credit photo Salim Santa Lucia

David Casini, Anima Latina, 2022, Courtesy de l’artiste et Galerie Valeria Cetraro, Credit photo Salim Santa Lucia

David Casini, Take me, fix me, 2022, Courtesy de l’artiste et Galerie Valeria Cetraro, Credit photo Salim Santa Lucia

David Casini, Holy Wars, 2022, Courtesy de l’artiste et Galerie Valeria Cetraro, Credit photo Salim Santa Lucia

David Casini, Holy Wars (détail), 2022, Courtesy de l’artiste et Galerie Valeria Cetraro, Credit photo Salim Santa Lucia

David Casini, Buy, 2022, Courtesy de l’artiste et Galerie Valeria Cetraro, Credit photo Salim Santa Lucia

On a aimé : David Casini chez Valeria Cetraro
https://thesteidz.com/wp-content/languages/de-en.php