5 questions à Raphaël Barontini

Avec Tapestry from an asteroid, Raphaël Barontini signe une nouvelle exposition présentée à la galerie The Pill, à Istanbul. Par l’exploration des symboles historiques et culturels passés, l’artiste parisien poursuit sa mise en volume d’un langage métissé : installations, peintures et œuvres textiles y défient le monumental tout en interrogeant l’imaginaire.

Lire la Suite

Chloe Wise, de l’art sous lactose

  Par Maxime Gasnier EXPOSITION // À Paris, la galerie Almine Rech présente la première exposition personnelle en France dédiée à Chloe Wise. L’artiste canadienne offre une proposition hyperbolique, où les attributs féminins confirment une symbolique gravitant autour du lait, de la consommation et du comportement contemporain. On ne décrit pas le travail de Chloe Wise…

Lire la Suite

L’expérience de visite selon Jason Dodge

Cet automne, l’IAC de Villeurbanne prête ses murs à Jason Dodge, pour la plus grande exposition personnelle qui lui a été, jusqu’à ce jour, consacrée en France. Avec Behind this machine everyone with a mind who cares can enter, l’artiste américain propose à tout un chacun de prendre part à l’essence même de l’œuvre, de se connecter à une expérience sensible et poétique.

Lire la Suite

Je me souviens au CAC-La Traverse

Au centre d’art contemporain d’Alfortville
La Traverse, une exposition établit
une représentation collective de la mémoire
et de l’héritage historique arménien, à l’occasion
du centenaire du génocide. Treize artistes, dont Jonathan Monk et Esther Shalev-Gerz, ont été invités pour présenter leurs travaux.

Lire la Suite

Parole à Valérie Jouve

À l’occasion de l’ouverture de son exposition
« Corps en résistance » au Jeu de Paume,
Valérie Jouve introduit sa perception
de l’image photographique.
Réalisées entre la fin des années 1980
et aujourd’hui, les séries présentées
mettent en relation les aspects anthropologiques
du portrait et du paysage, dans une
scénographie où l’image dialogue avec le spectateur.

Lire la Suite

Spleen & Idéal

Par La rédaction EXPOSITION // Emprunté à Baudelaire, le titre Spleen et Idéal qui ouvre Les Fleurs du Mal (1857) établit une réflexion contemplative échappant au monde réel. Les artistes présentés dans cette exposition collective — Annabelle Arlie, Bertrand Derel, Celia Nkala, Gwendoline Perrigueux, Anne-Laure Sacriste, Nicolas Tourre, Alderic Trevel et Stéphane Vigny — à la galerie Perception…

Lire la Suite