Par Clélia Dehon

PHOTOGRAPHIE // On pénètre dans l’univers de Harald Hutter comme dans la logique d’un rêve, en percevant une ombre, une silhouette, un rideau, un objet récurrent. Son travail cinématographique et photographique, intimiste et fantomatique, se rejoint dans un récit introspectif défini par l’image.

« J’aime rêver le cinéma à travers la photographie, et réciproquement » ; Harald Hutter navigue naturellement entre les deux médiums, qu’il manie pour nous mener dans la spirale du familier à l’étrange. Que ce soit dans ses films ou ses photographies, les compositions semblent tantôt désertées, tantôt peuplées de présences figées. Harald Hutter sculpte l’ombre et la lumière, alternant cadrages serrés et hors-champ, paysages mélancoliques et portraits introspectifs, dévoilant des protagonistes à la recherche d’un instant déjà révolu. Sa série de photographies en 35mm Private thought in public space est le témoin de ses flottements de l’être, révélant au grand jour les moments de repli sur soi, à la manière d’Edward Hopper et Vilhelm Hammershoi. En filmant et photographiant ses proches, en scrutant l’intimité et l’expérientiel, Harald Hutter nous convie également aux confins des entrelacs amoureux, sujet ponctuant l’ensemble de sa production. Inspiré par Roland Barthes et les sections de son ouvrage Fragments d’un discours amoureux, Softly, she said forme un recueil photographique des actions et réactions du langage corporel face au désir, à la jalousie, aux aspirations ou aux obsessions charnelles…

Sur le même principe, ses films sont à vivre comme des expérimentations habitées de spectres aux passions désenchantées. Son triptyque — constitué des courts-métrages Analogue truth, Léthé et L’Esprit de l’escalier — enferme ses personnages dans le souvenir d’un être aimé, d’une image ou d’un esprit. Flottante et branlante, sa caméra suit progressivement le parcours lancinant d’amours errants. Streams in blue, le premier long-métrage du réalisateur tourné entre Paris et Londres, expose les interrogations de Gabriel, un jeune écrivain, dont la rencontre fortuite avec une jeune femme l’amène à revivre mentalement le schéma d’une histoire d’amour passée… Entre fiction et réalité, passé et présent, expérimentations et narrations, l’atmosphère ambivalente des œuvres de Harald Hutter offre une variété de portes ouvertes et de rideaux sombres à travers lesquels nous explorons notre propre existence. //

 


Harald Hutter // www.haraldhutter.com