Par Clélia Dehon

ILLUSTRATION // Déployer le pop pour dévoiler le porn : les illustrations de Xavier Schipani nous concèdent un face-à-face sans embarras avec une sexualité acidulée. 

Dans la filiation de figures du Pop art telles que Tom Wesselmann, le jeune artiste texan Xavier Schipani ne badine pas avec le plaisir de la chair. Ses dessins aux éclats érotiques relatent les moments intimes de muses ou d’amants anonymes. Subtils, ses aplats colorés accrochent notre œil avant que l’on en saisisse la portée sexuelle. Les couleurs deviennent formes à la manière des papiers découpés gouachés de Matisse tandis que les gros plans, les cadrages et la stylisation des sujets provoquent — paradoxalement — attirance et mise à distance du regardeur.

Naviguant pendant quatre ans sur le réseau de rencontres Grindr avec un profil d’artiste, Schipani a collecté des centaines de photographies d’hommes aux postures plus ou moins suggestives qui ont nourri son inspiration pour réaliser une série autour de l’univers du « dating » homosexuel. Absorbant autant de clichés pornographiques que de gammes chromatiques, l’illustrateur convoque sensualité, agressivité et passivité des postures.

Par un geste quasi purificateur de ses perceptions retiennes, Xavier Schipani s’emploie également à un retour aux formes géométriques simples et aux couleurs primaires. Il cite Sol LeWitt, les tableaux abstraits des années 50 et 60, progresse habilement vers l’image minimale, afin — dit-il — « d’introduire plus en douceur la couleur dans son travail » ¹. //

¹ Interview de Xavier Schipani par Shanon Weltman, Claw Claw, 6 février 2015.

Xavier Schipani // www.xavierschipani.tumblr.com