Par La Rédaction

EXPOSITION // Chaque année, les Révélations Emerige soutiennent le premier solo show d’un jeune talent français. Le lauréat 2017, dont le nom sera connu en novembre à l’occasion de l’exposition collective à la Villa Emerige, sera élu parmi douze artistes sélectionnés. 

Fondée en 2014, la bourse Emerige participe activement à la révélation de jeunes artistes français, aussitôt remarqués par les galeries et institutions. Vivien Roubaud (galerie In Situ), Lucie Picandet (galerie Vallois), Edgar Sarin (galerie Michel Rein) ou encore Armand Morin — actuellement exposé dans Dioramas au Palais de Tokyo  —, témoignent de cette dynamique depuis la création du prix. Entre formats novateurs, mixité des médiums et questionnements de l’humanité, les artistes sélectionnés cette année déploient des œuvres polymorphes et personnelles, entre métaphores et prises de conscience. Ils font dès lors éclore une pluralité de visions plastiques autour du langage (Marcel Devillers), de la nature (Eva Medin) et de l’écologie (Fabien Léaustic), de l’utopie (Mali Arun, Alice Louradour) ; renouvellent la représentation du corps (Apolonia Sokol, Alice Guittard, Gwilherm Lozac’h), des champs de communication (Laetitia de Chocqueuse, Jérôme Grivel), sans négliger une poésie brutale et abstraite de la matière (Luke James, Linda Sanchez). Installation, vidéo, huile sur toile et sculpture s’invitent dans la sélection comme vecteurs d’histoires et de symboles personnels. Cette année, c’est la galerie Papillon qui a été sélectionnée pour accueillir en 2018 le solo show du lauréat des Révélations Emerige ; pour la première fois, celui-ci sera également invité à la galerie The Pill à Istanbul, au côté d’un second artiste de la promotion. //


Exposition Révélations Emerige
Du 8 au 30 novembre 2017 at Villa Emerige
7 rue Robert Turquan 75016 Paris
www.revelations-emerige.com


Gwilherm Lozac’h, I built a stage to feel this way (II), 2015, bois, acrylique, matériaux divers, 200 x 100 x 100 cm ©Pierre Seiter
Mali Arun, Paradisus, 2015, cidéo de 9’ © tous droits réservés
Apolonia Sokol, ABDY, 2016, huile sur toile, 195 x 114 cm © Emma Burlet
Eva Medin, Solstice, 2017, installation de sapins de Noël récupérés, brouillard, bande son, caissons bois, mousse, dispositif lumineux, miroir vinylique, 600 x 1500 x 450 cm © Tous droits réservés
Marcel Devillers, Le langage, La maison que l’homme habite #1, 2016, contreplaqué de teck, LED, câble électrique, combinaison en vinyle, 120 x 120 x 190 cm, © Tous droits réservés
Laetitia De Chocqueuse, L’Émanticipation (21 mars 2028), 2016, peinture à l’huile sur toile de lin pliée, 75 x 100 cm © Tous droits réservés
Jérôme Grivel, Structure déambulatoire, 2015, acier, 312 x 477 x 220 cm © Ombline Ley
Alice Guittard, Tatie du 13, 2017, émulsion photosensible recto-verso sur marbre rose, 19 x 27 x 3 cm
Alice Louradour, Chantier Enchanté / Enchanted site, installation de sculpture, dessin, peinture © Tous droits réservés
Linda Sanchez, L’autre, 2017, techniques mixtes, dimensions variables © Tous droits réservés
Fabien Léaustic, Monolithe, 2015-2017, phytoplanctons, lumière, eau, techniques mixtes, 200 x 200 x 300 cm © Juan Cruz Ibanez
Luke James, Le Baiser de plomb, 2017, plomb, bois, 60 x 45 x 20 cm © Joffrey Morel