Par  Maxime Gasnier

MODE // Discrètes ou abondantes, les collaborations entre maisons de mode et artistes contemporains n’ont cessé de rythmer 2017. Qu’il s’agisse de collections ou de communication, la pluralité des techniques et des identités s’impose au service du vêtement et ennoblit son aura. Au-delà de l’association-événement entre Louis Vuitton et Jeff Koons, deux colosses de leur domaine respectif, retour sur cinq initiatives qui ont matché cette année.

Études Studio :  la plus expérientielle

Fidèle à sa ligne visuelle expérientielle, Études Studio a renforcé ses liens avec la création artistique à travers des projets textiles singuliers. Empruntant l’iconographie des peintres contemporains Dike Blair et Matthew Chambers, le label a lancé cette année deux collections qui déclinent nature morte et motifs floraux, pour un effet immersif et contemplatif abouti. 

Dike Blair, Untitled, 1992
© Études Studio x Dike Blair, Portrait Silk Blair, 2017
© Études Studio x Matthew Chambers (detail of Andy Jacquard Chambers)
© Études Studio x Matthew Chambers (à gauche : Andy Jacquard Chambers / à droite : Matthew Chambers, Knew The Landfall, 2014, courtesy of Zach Feuer)

Gucci : la plus picturale

Ne cessant de se réinventer au moyen d’esthétiques toujours plus puissantes, Gucci sait indéniablement s’apparier avec les talents émergents. L’artiste Alex Merry a notamment contribué au lancement de Gucci Decor, la Britannique Unskilled Worker a paré une collection capsule exclusive, et Coco Capitán a ponctué certaines pièces de ses écritures maladroitement barrées. En parallèle, la nouvelle campagne SS18 de la maison italienne intitulée Utopian Fantasy se formule d’une suite abondante d’illustrations imaginées par le jeune Espagnol Ignasi Monreal, réinterprétant une iconographie muséale de référence.

© Gucci (à gauche : Unskilled Worker, Ready for the Palais, 2017 / à droite : Alex Merry for Gucci Decor)
© Gucci (Coco Capitán for Gucci)
© Gucci (à gauche : Coco Capitán for Gucci / à droite : Alex Merry for Gucci)

COS : la plus radicale

À l’occasion de l’édition 2017 de Design Miami/, la marque suédoise s’est rapprochée de Studio Swine (Super Wide Interdisciplinary New Explorers) pour exécuter, avec radicalité, une installation à la croisée de l’art, du design et de l’architecture. Formé de l’architecte japonais Azusa Murakami et de l’artiste britannique Alexander Groves, le studio créatif a ainsi établi New Spring, une expression métaphorique de la bulle de savon. L’occasion pour COS de faire évoluer ses looks au sein d’un environnement artificiel, futuriste et poétique.

© COS x Studio Swine, New Spring, 2017 / Photos by HART+LËSHKINA
© COS x Studio Swine, New Spring, 2017 / Photos by HART+LËSHKINA

T’aint by Ashish : la plus alternative

En 2016, le designer londonien Ashish lançait son projet T’aint by Ashish, combinant deux de ses intérêts principaux : la mode et le sexe. Orientée autour du tee-shirt, sa ligne s’est offerte Scott Ramsay Kyle pour signer des vêtements aux inspirations collagistes et ultra sexuées, dont les corps sont extraits de l’image pornographique gay. Mis en scène dans un lookbook à l’esthétique rétro, le concept commun à l’artiste et au créateur vont plus que jamais de pair et affirment toute la complémentarité de leur collaboration.

T’aint by Ashish x Scott Ramsay Kyle, 2017 / Photo by R+D @reecendean
T’aint by Ashish x Scott Ramsay Kyle, 2017 / Photo by R+D @reecendean
Details of T’aint by Ashish x Scott Ramsay Kyle, 2017