Par Otto Stenneng

PORTRAIT // Basé à Guadalajara au Mexique, l’artiste Gabriel Rico présente actuellement un solo show au Aspen Art Museum (Colorado, États-Unis). Adepte d’un savant mélange de pop et de kitsch, il a été invité à participer en mai prochain à l’exposition thématique de la 58e Biennale de Venise, May You Live in Interesting Times, curatée par Ralph Rugoff.

Son travail manifeste un processus nomade, un art du déplacement, un geste de l’association. Gabriel Rico, artiste mexicain né en 1980 à Lagos de Moreno, met en œuvre des sculptures et des installations qui s’inscrivent dans une nouvelle version de l’Arte povera. Il affronte les industries culturelles et la société de consommation en manipulant la représentation d’objets contemporains, au fort pouvoir symbolique — bouteilles de soda, lingots d’or, aliments. Autant d’éléments qu’il assemble dans une mathématique visuelle bien calculée, où la relation avec l’espace de la monstration reste primordiale. Diplômé en architecture, son lien avec la construction prend forme avec des œuvres notables telles qu’une habitation dessinée aux néons dans Coca Cola en la venas (2012) ou encore le socle pyramidal monumental présenté dans l’exposition Dead, Dead, Live, Dead au ASU Art Museum à Phoenix, en 2017. Avec The Discipline of the Cave, exposition personnelle que lui accorde le Aspen Art Museum jusqu’en juin et formulée par la curatrice Heidi Zuckerman, Gabriel Rico met en exergue une collecte de fragments contemporains, juxtaposés à l’idée de nature sauvage. Taxidermie, végétation factice, animaux artificiels : le solo show scénarise un cadavre exquis tridimensionnel qui évoque le faux-semblant. Dans une esthétique cartoonesque, l’artiste convoque la philosophie, la sociologie et la science, tout en pointant la vanité du monde contemporain. Des États-Unis à l’Italie, où il exposera en mai prochain à la Biennale de Venise, Gabriel Rico marque les esprits par les images satiriques qu’il configure. La galerie Perrotin qui le représente lui a déjà accordé plusieurs expositions individuelles et collectives, de Paris à Hong Kong. //


Gabriel Rico
www.perrotin.com


Gabriel Rico by Guillaume Ziccarelli
Gabriel Rico, The Discipline of the Cave, Aspen Art Museum, 2019.
 Courtesy the artist and Perrotin / Photo © Guillaume Ziccarelli
Gabriel Rico, The Discipline of the Cave, Aspen Art Museum, 2019.
 Courtesy the artist and Perrotin / Photo © Guillaume Ziccarelli
Gabriel Rico, The Discipline of the Cave, Aspen Art Museum, 2019.
 Courtesy the artist and Perrotin / Photo © Guillaume Ziccarelli
Gabriel Rico, The Discipline of the Cave, Aspen Art Museum, 2019.
 Courtesy the artist and Perrotin / Photo © Guillaume Ziccarelli