Par La Rédaction

INTERVIEW // En invoquant le motif plastique au service de la répétition et de l’optique, l’artiste mexicain Gabriel de la Mora codifie ses œuvres de symboles conceptuels. Formulés par séries, ses travaux tissent un dialogue multidirectionnel, exposés à la galerie Perrotin et rassemblés sous le juste titre « Écho ».

  • Mirages, échos, répétitions : au cœur de votre travail, semble résider une grammaire de l’illusion. Êtes-vous attaché à la perception du regardeur ?

Gabriel de la Mora : C’est plus qu’une illusion, je suis intéressé de voir comment une image réelle peut devenir un monochrome et comment un monochrome peut redevenir une image en tant qu’objet émergeant de l’imagination. Ce processus peut se répéter à l’infini. L’art est pour tout le monde et il est toujours activé à travers le regard d’un spectateur… Le premier impact face à une œuvre d’art, aussi conceptuelle soit-elle, sera toujours visuel et émotionnel ; c’est seulement ensuite que des questions surviennent ou que l’œuvre nous laisse simplement pensifs. Voilà, selon moi, la meilleure chose qui puisse arriver à une œuvre d’art : quand elle trouve un équilibre entre le formel et le conceptuel. Je ne pense jamais au spectateur lorsque je travaille sur une pièce ou une série, mais j’aime regarder les œuvres dialoguer avec leur public. Je suis curieux d’observer les visiteurs lors des vernissages afin de constater leur première réaction face à une œuvre. C’est quelque chose que je ne pourrai jamais expérimenter sur mes propres œuvres.  

  • Comment explorez-vous la question du motif ?

Gabriel de la Mora : Si vous vous référez au motif autour de la répétition, je pense que pour qu’une répétition existe, il doit toujours y avoir au moins deux éléments ensemble, et ce deuxième élément peut être l’un à gauche et l’autre à droite, ou alors un écho sur lui-même. Cependant, la répétition n’existe pas, puisqu’il n’y aura jamais deux choses égales ou identiques, il y aura toujours des différences. Tout cela est noté dans le livre de Gilles Deleuze, Différence et répétition (1968), d’où l’on peut noter cette citation : « Si la répétition existe, elle exprime à la fois une singularité contre le général, une universalité contre le particulier, un remarquable contre l’ordinaire, une instantanéité contre la variation, une éternité contre la permanence ».

  • L’enchaînement des symboles abstraits dans vos pièces s’impose-t-il au service d’une esthétique sonore ?

Gabriel de la Mora : Je suis intéressé par l’exploration du son d’un point de vue visuel, ainsi que par le fait que le son puisse générer un dessin au fil du temps, en inspirant et expirant la poussière d’un espace à travers le tissu de la boîte acoustique qui marque progressivement les contours des enceintes. Ces pièces ne sont pas fabriquées de la main de l’homme. Elles résultent uniquement des sons produits par la musique, les publicités, les nouvelles, voire le silence ou l’électricité statique qui subsiste après de nombreuses années dans les contours des enceintes.

  • Dans l’exposition que vous présentez chez Perrotin, le cercle apparaît comme leitmotiv. Quelles valeurs lui attribuez-vous ? 

Gabriel de la Mora : La forme qui revient le plus dans la série est sans aucun doute le cercle, car la plupart des enceintes sont circulaires. Ces images ou symboles sont en quelque sorte des informations qui proviennent du monochrome du tissu. Parfois, le processus inverse apparait et l’image revient au monochrome. Depuis le début de ma carrière, je suis intéressé par cette idée du cercle en tant qu’origine de toute forme : soit comme le point qui génère une ligne, soit simplement comme le début ou la fin de quelque chose. Dans cette exposition à la galerie Perrotin, je souhaite présenter un dialogue autour de quatre séries différentes qui interagissent par paire, tout en étant connectées à travers le cercle. Par exemple, dans la série Inscriptions sonores sur tissu : la figure la plus répétée est le cercle des enceintes stéréo, qui dialogue avec ceux des semelles de chaussures de la série Le poids de la pensée, à savoir des trous produits naturellement par l’usure des pas de diverses personnes. Certains de ces trous sont des cercles presque parfaits, produits de cette manière à travers la danse […].

  • En quoi la métaphysique est-elle liée à votre démarche artistique ? 

Gabriel de la Mora : Mon intérêt pour la métaphysique s’est très vite prononcé : mon père était philosophe et m’a appris dès l’enfance que la philosophie consiste à demander le pourquoi des choses. J’ai toujours aimé interroger et expérimenter en repoussant les limites de certains concepts, matériaux, techniques… J’aime voir l’art comme une question, et l’œuvre comme la réponse à cette question. Je pense que le processus est tout ce qui reste au milieu, ce qui fait qu’une question obtienne une réponse. Le processus est donc l’étape principale de ma proposition en tant qu’artiste, qui accompagne généralement la pièce à travers une vaste archive avec les informations de chaque œuvre. Si je pouvais réduire tout cela à un seul concept, ce serait information ou transformation […].

  • Finalement, quel regard portez-vous sur vous-même ? 

Gabriel de la Mora : J’aime me voir davantage comme un scientifique expérimentant et questionnant des idées, des matériaux et les possibilités de la peinture, du dessin et de la sculpture, essayant de pousser ces trois techniques à leurs limites. Les personnes qui visitent mon atelier le perçoivent plus comme un laboratoire que comme un atelier d’artiste. Chaque série que je produis ou chacune de mes œuvres contient une grande quantité d’informations, accessible à travers les archives, où le processus de chaque pièce est documenté. Ainsi, chaque pièce peut être aussi superficielle ou profonde, selon le souhait du spectateur. L’art n’est ni créé ni détruit, il se transforme simplement. //


Exposition Écho by Gabriel de la Mora
Du 12 octobre au 21 décembre 2019 at Galerie Perrotin
76 rue de Turenne 75003 Paris
www.perrotin.com


Gabriel de la Mora, 8,100 I, 2019, Guinea chicken feathers on museum cardboard, courtesy of the artist & galerie Perrotin, Paris
Gabriel de la Mora, September 24th 2014 / 14:25 hrs, courtesy of the artist & galerie Perrotin, Paris
Gabriel de la Mora, 1,156 VI (details), 2019, feathers and pigment on museum cardboard, courtesy of the artist & galerie Perrotin, Paris © Guillaume Zicarelli
Gabriel de la Mora, B-189 (a/b), 2015, removed vintage stereo speaker’s fabric, courtesy of the artist & galerie Perrotin, Paris