Irving Penn : d’un instant, l’éternité

Rarement exposé, ce corpus de photographies d’Irving Penn est présenté à la galerie Thaddaeus Ropac. “The Bath” figure un entremêlement de corps qui fait référence à une chorégraphie de portraits en noir en blanc

1967, c’est le « Summer of Love ». La ville de San Francisco attire à elle une jeunesse éprise de liberté. Irving Penn a 50 ans, il sillonne la Californie afin de portraiturer cette contre-culture naissante pour le magazine Look. Durant plusieurs semaines, les hippies et les Hells Angels défilent dans son studio portable, une tente que le photographe démonte et remonte à chaque étape de son voyage. Bientôt, son intérêt se porte sur le travail de la chorégraphe Anna Halprin qui, dès les années 1950, avait posé les bases de la danse postmoderne en intégrant dans ses créations des gestes de la vie quotidienne. Le 14 septembre 1967, une séance est organisée avec la troupe du Workshop of San Francisco, dont Penn immortalise les répétitions pour l’une des nouvelles pièces d’Halprin, The Bath. Fond neutre, lumière du jour, hommes et femmes nus se serrant dans les bras : jugée trop audacieuse, la série ne sera jamais publiée.

Ces images, oubliées pendant plus de vingt ans, auraient pu disparaître si Anna Halprin n’avait pas elle-même recontacté Irving Penn pour les lui demander. En 1995, elles sont imprimées pour la première fois et Penn fait don l’année suivante d’un jeu complet de tirages à la Maison Européenne de la Photographie, à Paris, qui y consacre une exposition à l’hiver 1997/1998. Trente ans après leur réalisation, le public pouvait enfin les découvrir.

Avec l’accrochage que lui consacre actuellement la galerie Thaddaeus Ropac dans son espace parisien du Marais, c’est donc la deuxième fois seulement que ces photographies sont exposées. On comprend mieux son caractère singulier et rare. Mais surtout, au-delà de l’anecdote, c’est bien la qualité des clichés qui en font un ensemble exceptionnel.

Il serait injuste de réduire cette série à un documentaire, un reportage, le témoignage distancié d’une séance d’improvisation. Bien au contraire, chacun des quatorze tirages qu’Irving Penn a choisi de conserver s’impose comme un tableau saisissant, et chacun mérite que l’on s’y arrête tant se dégage de ces mélanges de corps et d’ombres, de ces échanges de gestes et de regards perdus, de ces danses immobiles, à deux, à six, une atmosphère à la fois sereine et mélancolique, une dignité, une vérité. Ce que son objectif capture n’est pas tant la fragilité d’un moment que la gravité d’une présence, l’intensité mêlée de douceur qui aimante les jeunes corps entre eux. Rien d’érotique, mais une harmonie quasi sculpturale, un équilibre dans la composition qui confèrent à la nudité la noble simplicité et la grandeur tranquille des figures héroïques. On connaît son talent pour conférer à ses portraits la fermeté de l’évidence. Le coup de maître d’Irving Penn est qu’il soit ici parvenu à concilier la grâce et la pesanteur. Qu’il ait fait d’un instant l’éternité. 


Exposition “The Bath” by Irving Penn
Jusqu’au 30 novembre 2023 at Galerie Thaddaeus Ropac Marais
7, rue Debelleyme – 75003 Paris
ropac.net


Vue de l’exposition “The Bath” d’Irving Penn, galerie Thaddeus Ropac, Paris, 2023. Courtesy Thaddaeus Ropac gallery, London · Paris · Salzburg · Seoul. Photo : Charles Duprat. © The Irving Penn Foundation.

Irving Penn, The Bath (K) (Dancers Workshop of San Francisco), San Francisco, 1967, gelatin silver print, print made 1995 (Image : 38,9 x 39,1 cm / Paper : 50,3 x 40,6 cm). Courtesy Thaddaeus Ropac gallery, London · Paris · Salzburg · Seoul. © The Irving Penn Foundation.

Irving Penn, The Bath (G) (Dancers Workshop of San Francisco), San Francisco, 1967, gelatin silver print, print made 1995 (Image : 38,6 x 37,8 cm / Paper : 50,3 x 40,6 cm). Courtesy Thaddaeus Ropac gallery, London · Paris · Salzburg · Seoul. © The Irving Penn Foundation.

Irving Penn, The Bath (H) (Dancers Workshop of San Francisco), San Francisco, 1967, gelatin silver print, print made 1995 (Image : 38,9 x 39,1 cm / Paper : 50,3 x 40,5 cm). Courtesy Thaddaeus Ropac gallery, London · Paris · Salzburg · Seoul. © The Irving Penn Foundation.

Irving Penn, The Bath (A) (Dancers Workshop of San Francisco), San Francisco, 1967, gelatin silver print, print made 1995 (Image : 38,7 x 39,1 cm / Paper : 50,2 x 40,5 cm). Courtesy Thaddaeus Ropac gallery, London · Paris · Salzburg · Seoul. © The Irving Penn Foundation.

Irving Penn : d’un instant, l’éternité
https://thesteidz.com/wp-content/languages/de-en.php