Par La Rédaction

ÉVÉNEMENT // Alors qu’il s’installera officiellement à Pantin en 2022, le Centre National des Arts Plastiques propose les 14, 15 et 16 septembre prochains de découvrir en avant-première sa « nouvelle adresse ». Pendant une nuit et deux jours, cet ancien espace industriel se plonge dans une effervescence artistique déployée sous toutes les formes. 

En prologue de son déménagement à Pantin, au 81 rue Cartier-Bresson, à l’horizon 2022, le CNAP invite plus que jamais à s’immerger dans la création. Performances, musiques, installations, projections : le public est convié à expérimenter l’espace de cette ancienne usine de plus de 25 000 m2, bâtiment-témoin de l’âge d’or industriel que connaît la ville au début du 19e siècle. Ses vastes plateaux, ponctués d’œuvres sonores, de commandes inédites et de pièces issues de la collection du CNAP tissent un parcours foisonnant et vivant, établi en fonction de la topologie du lieu. On découvre ainsi plusieurs œuvres in situ parmi lesquelles figurent celle d’Esther Ferrer, Flora Moscovici, Amalia Pica, Cécile Paris ou encore Julien Carretero, ce dernier détournant les reliquats trouvés dans le bâtiment pour concevoir un mobilier improvisé au design singulier.

De la même manière, une série d’installations ponctue les étages de La nouvelle adresse. Olivier Vadrot et Nicolas Moulin créent des dispositifs uniques qui réinventent l’architecture à travers un nouveau regard sur la technique, la fonction et l’esthétique ; tandis que d’autres tendent à la mixité des registres, laissant la part belle à l’éveil des sens : notamment Tarek Atoui et le collectif Brutpop qui s’associent pour produire un répertoire sonore presque palpable. En parallèle, durant le weekend, de nombreuses performances, concerts et projections s’empareront, aussi bien en intérieur qu’en extérieur, des murs. À noter, en particulier, la performance de Davide Balula intitulée User des lieux comme des vêtements portés (2014), où l’artiste portugais désormais établi à New York, porte un hymne à la lenteur en tissant une narration faite de danse, de gestes et de vêtements.

En célébrant la rencontre entre le lieu et l’art, l’espace concret et la rêverie, La nouvelle adresse compte ainsi introduire sa volonté de favoriser les échanges et de s’affirmer comme véritable laboratoire de création. //


La nouvelle adresse : performances, live & œuvres in situ
14, 15 & 16 septembre 2018
81 rue Cartier-Bresson 93500 Paris
www.cnap.fr/lanouvelleadresse


Nicolas Moulin, Goldbarrgorod, 2008,  installation / œuvre du Centre national des arts plastiques, Inv. : FNAC 2011-0487 © Nicolas Moulin / Cnap / Photo : galerie Chez Valentin
Cécile Paris, La Disparition du dance floor, 2018 © Cécile Paris
Esther Ferrer, Proyeto espacial, modulo rojo, 1988, installation / œuvre du Centre national des arts plastiques © Esther Ferrer / Cnap /Photo : Gabriela Moragas
Davide Balula, User des lieux comme des vêtements portés, 2014, vue de la performance réalisée lors de l’exposition « Des choses en moins, des choses en plus« , Palais de Tokyo, 17 février 2014, commande du Centre national des arts plastiques, Inv. : FNAC 2014-0359 (1) © Davide Balula / Cnap /Photo : Aurélien Mole
Amalia Pica, If These Walls Could Talk, 2010, installation / œuvre du Centre national des arts plastiques, Inv. : FNAC 2016-0529 © Amalia Pica / Cnap / Photo : Gunnar Meier