“Rapide et Furieux” : 3 questions à Léo Fourdrinier

À Toulon, Le Port des Créateurs rassemble les œuvres de huit artistes – Nils Bertho, Rudy Dumas, Margaux Fontaine, Claire Guetta, Gala Knörr, Hugo Laporte, Yves Scherer et Floryan Varennes – invités par le commissaire Léo Fourdrinier. Ce dernier y tisse une proposition basée sur l’énergie hyperactive des médias et des flux d’informations qui dressent une réalité détournée par l’image.

  • Quel est le statement de l’exposition ?

Léo Fourdrinier : Je voulais élaborer un projet directement inspiré de Fast and Furious. La saga de films m’intéressait au premier degré depuis un certain temps, alors que j’utilisais en parallèle des éléments automobiles ou mécaniques dans mon propre travail de sculpture. Et j’ai trouvé dans ces films des éléments narratifs bien plus révélateurs : si les thèmes tournent principalement autour des voitures et de la famille, les courses de bolides augmentés et le dépassement de soi permettent aux protagonistes de résoudre leurs problèmes personnels mais également de sauver la société du chaos. L’ultra développement de la masculinité des personnages les érige en divinités contemporaines, modèles protecteurs malgré leurs sombres – mais indissociables de leur humanité – attributs d’anti-héros. Ces justiciers de l’ombre, finalement communs des mortels, cachent derrière leur incroyable loyauté envers leurs pairs un profond désir de liberté. C’est cette énergie, furieuse et émancipatrice, liée à la notion de rapidité (dans la production, le  geste, notamment celui de la création artistique) qui m’a guidé dans le choix des huit artistes et dans la dynamique de l’exposition.

  • Selon toi, quelle esthétique partagent les mondes du tuning, du fantastique et de la culture club qui investissent l’exposition ?

Léo Fourdrinier : Plus qu’une esthétique, je crois que ce qui rassemble ici les artistes est un geste commun, mué en attitude de résistance collective. Leurs références sont semblables : les artistes rejouent avec humour les stéréotypes de la culture de masse, manipulant les codes de la production cinématographique du blockbuster, des jeux vidéo, des médias, d’Internet et de la publicité. Alors que la notion de famille est omniprésente dans les films Fast and Furious, les œuvres de l’exposition racontent l’appartenance à des communautés qui se distinguent de la culture dominante de laquelle elles font partie. Nous parlons ici d’identités partagées – réelles ou de fiction – issues de rassemblements d’opposition à une norme imposée. Le tuning, le fantastique et la culture club – parmi d’autres mouvements culturels, artistiques, associatifs et politiques – se retrouvent dans les notions d’appropriation, de détournement, de bricolage – ici selon Lévi-Strauss, d’augmentation, de plaisir et d’imaginaire : un désir commun d’échapper à la course du réel, peut-être, et de le réinventer.

  • La notion de média imprègne le propos de l’exposition : cinéma, presse people, clips vidéos… Quel regard portes-tu sur les moyens de diffusion d’images et d’informations populaires aujourd’hui ?

Léo Fourdrinier : Les médias forment un circuit qui achemine les épisodes de la vie des “peoples”, entités que nous pensons connaître, avec lesquels des liens inconscients se seraient tissés. La proximité avec ces personnages est fascinante : il y a autant d’identification que de rejet. La globalisation d’Internet fait évoluer la grammaire et les échanges avec la récupération, le détournement, les mèmes, qui sont autant de réactions permettant la propagation instantanée et rhizomatique de tout type d’information. Ces relations construisent un récit collectif en constante progression, aidé par les algorithmes, dont nous pouvons être scénariste ou acteur. Avec la diversification des réseaux sociaux, terrains d’expression des émotions, chacun peut se mettre en scène et en diffuser les images. Quand les attitudes deviennent formes ou l’« everybody is a star » d’ Afida Turner.


Exposition “Rapide et Furieux”
Jusqu’au 26 février 2022 at Le Port des Créateurs
Place des savonnières 83000 Toulon

www.leportdescreateurs.net


Vue de l’exposition “Rapide et Furieux”, Le Port des Créateurs, Toulon, 2022, courtesy des artistes

Claire Guetta, House of Crystal, 2020, courtesy de l’artiste

Vue de l’exposition “Rapide et Furieux”, Le Port des Créateurs, Toulon, 2022, courtesy des artistes

Margaux Fontaine, Le vent de l’hiver – Comètes sauvages, En spirale astrale, détail, 2022, courtesy de l’artiste

Hugo Laporte, Thin vase / Style Alien-Antique, 2020, courtesy de l’artiste

Vue de l’exposition “Rapide et Furieux”, Le Port des Créateurs, Toulon, 2022, courtesy des artistes

Yves Scherer, Legolas, détail, 2018, courtesy de l’artiste

Vue de l’exposition “Rapide et Furieux”, Le Port des Créateurs, Toulon, 2022, courtesy des artistes

Floryan Varennes, CRUEL, 2022, courtesy de l’artiste

“Rapide et Furieux” : 3 questions à Léo Fourdrinier
https://thesteidz.com/wp-content/languages/de-en.php