Pourquoi le label Lourdes renverse l’American dream

Néo-cowboys, college students, army girls : le jeune label new-yorkais Lourdes puise dans les stéréotypes de la mode américaine pour définir une collection renversante.

“United States of Whatever” — soit, en français, “les États-Unis du n’importe quoi” — témoigne, par le choix de ce mot-valise cocasse, d’une vision désenchantée portée à l’Amérique. À la fois clin d’œil géopolitique à la suprématie états-unienne et indicateur d’une perte de contrôle, la collection automne/hiver 2024 de la jeune marque américaine Lourdes met l’accent sur des pièces qui détournent les codes identitaires, historiques et traditionnels des États-Unis. Entre western et street, le vestiaire se  compose de bottes en peaux de daims, d’ensembles en cuir noir et de motifs camouflage patriotiques réinventés ; les tenues sportives universitaires sont remixées et les tops surdimensionnés, ornés du mot “loser” imprimé en gros caractères. Pour le fondateur de Lourdes, Andreas Aresti, qui a grandi dans le Queens à New York, “le rêve américain n’est plus ce qu’il était et est devenu un concept plus individuel que communautaire”. À travers cette collection, il établit un paradoxe qui devient alors revendication : être fier de ses origines, mais indéniablement réaliste quant à ce qu’elles représentent.


Lourdes
lourdes.studio


Lourdes, collection automne/hiver 2024 © Lourdes

Lourdes, collection automne/hiver 2024 © Lourdes

Lourdes, collection automne/hiver 2024 © Lourdes

Lourdes, collection automne/hiver 2024 © Lourdes

Lourdes, collection automne/hiver 2024 © Lourdes

Lourdes, collection automne/hiver 2024 © Lourdes

Lourdes, collection automne/hiver 2024 © Lourdes

Lourdes, collection automne/hiver 2024 © Lourdes

Pourquoi le label Lourdes renverse l’American dream
https://thesteidz.com/wp-content/languages/de-en.php